Réseau Universités Sans Frontières Toulouse http://rusftoulouse.info/ Le Réseau Universités Sans Frontières Toulouse Mirail se mobilise pour les droit des étudiants sans-papiers et en solidarité avec les sans-papiers en général, et, au-delà du "cas par cas", entend se mobiliser contre la politique raciste du gouvernement. fr SPIP - www.spip.net Réseau Universités Sans Frontières Toulouse http://www.rusftoulouse.info/IMG/siteon0.png http://rusftoulouse.info/ 67 144 Vidéo de l'action du RUSF Mirail contre les rafles à la fac. http://www.rusftoulouse.info/spip.php?article51 http://www.rusftoulouse.info/spip.php?article51 2009-06-06T14:53:25Z text/html fr rusf mirail A la une <p>Suite à l'arrestation d'un étudiant de la fac du Mirail sans papier à la sortie de ses cours par la police, et dans un contexte où depuis 3 ans la police manifeste de plus en plus sa présence dans la fac ou aux abords de celle-ci, le RUSF à organisé une simulation de raffle dans cours pour ne pas laisser cette arresgtation se faire dans le silence et pour dénoncer la présence de la police à la fac.</p> - <a href="http://www.rusftoulouse.info/spip.php?rubrique1" rel="directory">00. A Toulouse</a> / <a href="http://www.rusftoulouse.info/spip.php?mot12" rel="tag">A la une</a> <div class='rss_texte'><p>Suite à l'arrestation d'un étudiant de la fac du Mirail sans papier à la sortie de ses cours par la police, et dans un contexte où depuis 3 ans la police manifeste de plus en plus sa présence dans la fac ou aux abords de celle-ci, le RUSF à organisé une simulation de raffle dans cours pour ne pas laisser cette arresgtation se faire dans le silence et pour dénoncer la présence de la police à la fac.</p> <p>Pour plus d'information par rapport à l'arrestation de Rahmi, étudiant sans-papiers, et pour signer la pétition, voir : <a href='http://www.rusftoulouse.info/spip.php?article46' class='spip_in'>Pétition - Un étudiant rafflé à la sortie des cours</a></p> <dl class='spip_document_19 spip_documents' > <dt class='spip_doc_titre'> <object type="application/x-shockwave-flash" data="plugins/Lecteur_multimedia/flash/player_flv_maxi.swf" width="400" height="300"> <param name="movie" value="plugins/Lecteur_multimedia/flash/player_flv_maxi.swf" /> <param name="FlashVars" value="flv=http://www.rusftoulouse.info/IMG/flv/untitled.flv&width=400&height=300&bgcolor1=ffffff&bgcolor2=cccccc&buttoncolor=999999&buttonovercolor=0&slidercolor1=cccccc&slidercolor2=999999&sliderovercolor=666666&textcolor=0&showstop=1&title=&ondoubleclick=fullscreen&showfullscreen=1&autoplay=0" /> <param name="allowFullScreen" value="true" /> <param name="wmode" value="transparent" /> <span><a href="http://www.rusftoulouse.info/IMG/flv/untitled.flv" rel="enclosure">IMG/flv/untitled.flv</a></span> </object> </dt> </dl></div> La solidarité n'est pas un délit http://www.rusftoulouse.info/spip.php?article50 http://www.rusftoulouse.info/spip.php?article50 2009-03-11T12:09:17Z text/html fr rusf mirail <p>Le 19 juin 2008, des militants du réseau éducation sans frontières, des travailleurs sociaux du quartier d'Empalot, de simples citoyens, se sont rendus à l'aéroport de Toulouse Blagnac afin d'apporter leur soutien à M. G, en instance d'expulsion...</p> - <a href="http://www.rusftoulouse.info/spip.php?rubrique1" rel="directory">00. A Toulouse</a> <div class='rss_texte'><p>Le 19 juin 2008, des militants du réseau éducation sans frontières, des travailleurs sociaux du quartier d'Empalot, de simples citoyens, se sont rendus à l'aéroport de Toulouse Blagnac afin d'apporter leur soutien à M. G, en instance d'expulsion.</p> <p>Suite à ce rassemblement, une vingtaine de personnes ont été mises en cause pour avoir franchi un portique de sécurité. Convoquées pour une audition par la Police de l'Air et des Frontières durant l'été, elles viennent de se voir notifier cette mise en cause pouvant entraîner une amende jusqu'à 750 euros.</p> <p>Suite à un délai de 30 jours, il appartiendra au Préfet de la Haute-Garonne de décider s'il maintient ou non ces amendes. Si tel était le cas, cette décision ne pourrait être interprétée que comme une volonté de réprimer l'action des personnes qui soutiennent les familles de sans papiers.</p> <p>Rappelons que la décision d'expulsion de M. G et de séparation de la famille était apparue alors comme emblématique du durcissement de la politique du gouvernement envers les étrangers. Elle a suscité, à ce titre, une vive émotion et une mobilisation de l'opinion publique dont la presse s'est fait largement l'écho.</p> <p>Nous réaffirmons aujourd'hui notre soutien à la famille G et nous demandons à M le Préfet de la Haute-Garonne de réexaminer leur dossier, afin de mettre fin à une situation inacceptable.</p> <p>Nous demandons qu'aucune sanction ne soit prise à l'encontre des personnes mises en cause.</p> <p>La solidarité ne peut être condamnée ! La famille G doit pouvoir vivre ensemble et dignement en France !</p></div> UTM : réunion publique du RUSF http://www.rusftoulouse.info/spip.php?article49 http://www.rusftoulouse.info/spip.php?article49 2009-02-23T17:26:48Z text/html fr rusf mirail <p>Réunion publique du Réseau Université Sans Frontières Mercredi 25 février à 12h30, à l'Arche.</p> - <a href="http://www.rusftoulouse.info/spip.php?rubrique13" rel="directory">50. Semaine RUSF : du 20 au 25 octobre 2008</a> <div class='rss_texte'><p>Réunion publique du Réseau Université Sans Frontières Mercredi 25 février à 12h30, à l'Arche.</p></div> Incendie au CRA de Cornebarrieu (Toulouse) : http://www.rusftoulouse.info/spip.php?article48 http://www.rusftoulouse.info/spip.php?article48 2009-02-23T17:24:23Z text/html fr rusf mirail <p>"Des événements graves se sont produits dans la nuit du mercredi 18 au jeudi 19 février 2009, au centre de rétention administrative (CRA) de Toulouse-Cornebarrieu.</p> - <a href="http://www.rusftoulouse.info/spip.php?rubrique1" rel="directory">00. A Toulouse</a> <div class='rss_texte'><p>"Des événements graves se sont produits dans la nuit du mercredi 18 au jeudi 19 février 2009, au centre de rétention administrative (CRA) de Toulouse-Cornebarrieu. Un retenu pour lequel un embarquement était prévu par bateau dans la journée du 19 février 2009, s'est automutilé avec une boucle de ceinture. Lorsque les policiers, chargés de la surveillance du centre, ont voulu intervenir, des retenus ont bloqué la porte d'accès avec des matelas et ont mis le feu à une chambre. Vers 4 heures du matin alors que la fumée envahissait le secteur incendié, les autorités du centre ont regroupé tous les retenus, soit environ 90 personnes, dont quatre femmes, dans un secteur unique. Dans la précipitation, trois de ces quatre femmes n'avaient pas eu le temps de se vêtir décemment. Il n'y avait aucun policier dans le secteur afin de garantir leur sécurité. Ces femmes sont aujourd'hui très marquées et choquées par ces événements. A aucun moment, elles n'auraient dû se trouver seules avec les hommes retenus et de surcroît sans surveillance. Le retenu qui s'est automutilé a été transféré à l'hôpital. Sept personnes ont été placées à l'isolement et sont à l'heure actuelle en garde à vue."</p> <p>Informations communiquées par la Cimade</p></div> Pétition - Un étudiant rafflé à la sortie des cours http://www.rusftoulouse.info/spip.php?article46 http://www.rusftoulouse.info/spip.php?article46 2008-12-02T13:30:19Z text/html fr rusf mirail <p>Mardi 18 novembre, Rahmi sortait de son cours à l'UTM un peu après 16 heures. Alors qu'il s'apprêtait à rentrer chez lui, raccompagné en voiture par un camarade, il a été arrêté, suite à un contrôle d'identité sélectif des occupants du véhicule, conducteur et passager, au rond-point situé derrière la station de métro, puis expulsé au bout de deux jours vers la Turquie.</p> <p><strong>Le RUSF dénonce fermement cette arretation, la traque des sans-papiers ainsi que la politique de collabaration avec les préfecture mises en palce dans les CROUS, les services soicaux, et les facs...</p> <p>Le RUSF relaie la pétition des personel de l'université.</p> <p>Affichez l'article complet pour signer en ligne la pétition </strong></p> - <a href="http://www.rusftoulouse.info/spip.php?rubrique1" rel="directory">00. A Toulouse</a> <div class='rss_texte'><p><i>Depuis 3 ans la police manifeste de plus en plus sa présence dans la fac ou aux abords e celle-ci, officielement au nom de la sécurité des biens et des personnes. Si on peut se questionner sur l'efficacité de cette présence, des contrôles aux faciès ont régulièrement été vus et dénoncés.</i></p> <p>Mardi 18 novembre, Rahmi sortait de son cours à l'UTM un peu après 16 heures. Alors qu'il s'apprêtait à rentrer chez lui, raccompagné en voiture par un camarade, il a été arrêté, suite à un contrôle d'identité sélectif des occupants du véhicule, conducteur et passager, au rond-point situé derrière la station de métro, puis expulsé au bout de deux jours vers la Turquie.</p> <p><strong>Le RUSF dénonce fermement cette arretation, la traque des sans-papiers ainsi que la politique de collabaration avec les préfecture mises en palce dans les CROUS, les services soicaux, et les facs...</p> <p>Le RUSF relaie la pétition des personel de l'université. </strong></p> <p>Signez la pétition en ligne ci-dessous</p> <hr class="spip" /> <h3 class="spip">Université de Toulouse-le Mirail. Nos étudiants raflés à la sortie de l'université : nous ne pouvons pas l'admettre.</h3> <p>Mardi 18 novembre, Rahmi sortait de son cours à l'UTM un peu après 16 heures. Alors qu'il s'apprêtait à rentrer chez lui, raccompagné en voiture par un camarade, il a été arrêté, suite à un contrôle d'identité sélectif des occupants du véhicule, conducteur et passager, au rond-point situé derrière la station de métro, puis expulsé au bout de deux jours vers la Turquie.</p> <p>Kurde débouté du droit d'asile, il avait entamé une procédure de recours contre l'obligation de quitter le territoire qui le frappait, recours devant donner lieu à un jugement le 9 décembre prochain, et portait d'ailleurs la convocation sur lui lors de son arrestation. Il est père de trois enfants scolarisés, et d'un bébé né en France.</p> <p>Il est inscrit depuis la rentrée universitaire en 1ère année de CPLF (Certificat Pratique de Langue Française) au DEFLE. C'est un étudiant assidu, sérieux et travailleur, apprécié de ses camarades comme de ses enseignants.</p> <p>De tout cela il n'a été tenu aucun compte. Arrêté par les CRS, il a été conduit au commissariat, puis de là à la Police de l'Air et des Frontières, et enfin au Centre de Rétention Administrative de Cornebarrieu. Ses proches n'ont même pas pu lui rendre visite. Sa famille a été prévenue vendredi à quatre heures du matin qu'il fallait lui apporter des vêtements pour le voyage : il a été expulsé vers la Turquie avant même que le Juge des Libertés et de la Détention ait pu se prononcer sur son maintien en rétention, comme c'est normalement le cas après deux jours.</p> <p><strong>Nous, personnels de l'Université Toulouse Le Mirail, ne pouvons accepter sans réagir que des étudiants étrangers soient ainsi raflés à la sortie des cours pour alimenter la machine à expulser. Sous couvert d'une prétendue sécurité des biens et des personnes, c'est au contraire une insécurité maximale qui est instituée, pour ceux qui pourraient être amenés à ne plus fréquenter les cours, par peur d'être à leur tour contrôlés « au faciès ». Ce danger, bien entendu, ne concerne pas que les étudiants du DEFLE.</strong></p> <p><strong>Nous refusons la banalisation d'une telle situation, nous refusons l'inégalité devant les études qu'elle engendre. Nous en appelons à l'ensemble de la communauté universitaire : si nous nous taisons, si nous ne réagissons pas, de tels faits pourront se reproduire encore.</strong></p> <p><strong>- Les contrôles d'identité ciblés aux abords de l'université doivent cesser. <br /><img src="http://www.rusftoulouse.info/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" style='height:11px;width:8px;' /> Le droit au séjour de chaque étudiant étranger inscrit à l'université doit être reconnu et garanti. <br /><img src="http://www.rusftoulouse.info/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-32883.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" style='height:11px;width:8px;' /> Notre université doit s'engager à soutenir fermement ceux qui sont en butte aux persécutions policières.</strong></p> <p><span class='spip_document_18 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:500px;' ><img src='http://www.rusftoulouse.info/local/cache-vignettes/L500xH315/camion_flic-f8ca2.png' width='500' height='315' alt="" style='height:315px;width:500px;' /></span></p></div> Rassemblement le 4/12 contre la collaboration CROUS/préfecture http://www.rusftoulouse.info/spip.php?article47 http://www.rusftoulouse.info/spip.php?article47 2008-12-01T16:21:00Z text/html fr rusf mirail <p>Rassemblement le 4/12 contre la collaboration du crous aux expulsions</p> <p>Le réseau universités sans frontières organise un rassemblemlent mercredi 3 octobre :</p> <p><img src="http://www.rusftoulouse.info/squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Contre la présence d'un guichet de prefecture au CROUS (dit guichet unique) qui s'inscrit dans une logique de raprochement de la préfecture avec les services sociaux <br /><img src="http://www.rusftoulouse.info/squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Contre la politique de quotas dans les chambres de cités-u (quota de 25% d'étudiant-e-s étrnager-e-s maximum dans les chambres de cités-u) <br /><img src="http://www.rusftoulouse.info/squelettes-dist/puce.gif" width="8" height="11" class="puce" alt="-" /> Pour l'accès de tous/toutes à l'aide sociale</p> <p>Rassemblement Jeudi 4 décembre devant le CROUS (Rue du Taur)</p> - <a href="http://www.rusftoulouse.info/spip.php?rubrique1" rel="directory">00. A Toulouse</a> <div class='rss_texte'><h3 class="spip"> Fermeture du guichet unique </h3> <p>Depuis la rentrée 2008, le CROUS héberge rue du taur une antenne de la préfecture chargée de la gestion des dossiers des étudiant-e-s étranger-e-s. C'est encore une tentative de division dans la lutte des sans-papiers (à quand l'antenne de la préfecture dans l'entreprise ?). De plus, cette collaboration d'un service social destiné aux étudiant-e-s avec une institution telle que la préfecture est inadmissible et deviens monaie courante ; elle relève d'une logique globale entammée depuis plusieurs années pas le gouvernement dans sa politique d'expulsion. Par exemple, en 2007, un employé de l'ANPE de la région Rhone-alpes s'est vu demander par la préfecture de dénoncer une personne sans papiers à son arrivée. Il s'agissait d'un rendez-vous fictif (convocation piège).</p> <h3 class="spip"> Nous refusons que des organismes d'aide sociale deviennent des services de renseignement au profit d'une politique d'expulsions des étranger-e-s ! <p>Nous dénoncons l'incitation à la délation dans les services sociaux, que se soit à l'ANPE ou au CROUS !</p> <p>En conséquence, nous réclamons la femreture du guichet unique !</p> </h3> <h3 class="spip"> Non aux quotas </h3> <p>Un quota maximal de 25% des places en cité universitaire est réservé aux étudiant-e-s étranger-e-s, même s'il reste des logements vides. En octobre, une centaine de chambres étaient non occupées en Midi-pyrénées. Pourtant, elles n'ont pu être affectées à des étudiant-e-s étranger-e-s : les quotas étaient remplis ! Ainsi les étranger-e-s se retrouvent en concurence les un-e-s avec les autres selon le principe du/de la premier-e arrivé-e premier-e servi-e. De plus, l'affectation de ces hébergements est décidée par les universités sur des critères qui n'ont rien de social : sont prioritaires les étudiant-e-s en convention avec leur université d'origine. Or les universités française ont majoritairement des conventions avec les établissement européens ou américains... En bref les pays les plus riches ! En somme, venir d'un pays pauvre est discriminant vis-à-vis du logement étudiant : il ne s'agit plus d'offrir un logement à ceux/celles qui en ont le plus besoin !</p> <h3 class="spip"> L'aide sociale pour tous/toutes </h3> <p>Si la réforme des bourses, l'augementation du prix des loyers et des repas de CROUS nous touchent tous de plein fouet, la casse des aides sociales ne s'arrête pas là pour les étudiant-e-s étrangèr-e-s. Pour nombre d'entre eux/elles, la vie en France est plus chère que dans leur pays d'origine : même les étudiant-e-s recevant une bourse de leur pays ont des problèmes car la somme reçue ne correspond pas à leurs besoins.</p> <p>De plus, les étudiant-e-s étrangèr-e-s n'ont pas droit aux bourses sur critère sociaux francais. La seule solution reste les aides d'urgences, sauf qui sont là la première année et qui ne peuvent absolument rien recevoir du CROUS, quelle que soit leur situation. Une fois de plus, ce sont les pauvres qui sont les plus discriminé-e-s !</p> <h3 class="spip"> RASSEMBLEMENT DEVANT LE CROUS JEUDI 4 DECEMBRE A 14H </h3> <p><a href='http://www.rusftoulouse.info/' class='spip_out' rel='nofollow'>http://www.rusftoulouse.info</a> rusftoulouse@gmail.com</p></div> Communiqué de soutien aux inculpés de Vichy http://www.rusftoulouse.info/spip.php?article45 http://www.rusftoulouse.info/spip.php?article45 2008-11-19T16:02:40Z text/html fr rusf mirail A la une <p>Le 3 et 4 novembre à Vichy une nouvelle étape dans la provocation xénophobe a été franchie. A ces dates se déroulait le sommet des ministres européens pour l'harmonisation de la gestion européenne des politiques migratoires, organisé par le ministère de la honte français...</p> - <a href="http://www.rusftoulouse.info/spip.php?rubrique23" rel="directory">05. En france et ailleurs</a> / <a href="http://www.rusftoulouse.info/spip.php?mot12" rel="tag">A la une</a> <div class='rss_texte'><p>Les 3 et 4 novembre à Vichy une nouvelle étape dans la provocation xénophobe a été franchie. À ces dates se déroulait le sommet des ministres européens pour l'harmonisation de la gestion européenne des politiques migratoires, organisé par le ministère de la honte francais. Passons le fait qu'un tel ministère puisse exister. Passons aussi le fait que les représentant-e-s des racismes d'état puissent se réunir en parlant de "gestion des flux" pour désigner des vies humaines et en faire des boucs émissaires. Il est par contre des symboles pas si innocents ... La ville de Vichy ! Réhabiliter cette ville lourde en histoire ne passe surtout pas par un sommet sur la xénophobie d'état au lieu même où se trouvait le gouvernement pétainiste. Et en ce mois de novembre 2008 à Vichy tout était fait pour se rappeler du "bon vieux temps" : importante présence policière, arrestations au faciès, insultes et provocations policières, bus fouillés, trains bloqués, matériel confisqué, lacrymaux et tabassages en règle. A la suite de cette mobilisation intense, où plus de 2000 personnes sont venues de toute la France et d'Europe, on comptait au soir du 3 novembre une trentaine d'interpellé-e-s. Ce furent selon la presse des manifestant-e-s violent-e-s ou des casseu-r-se-s qui n'avaient rien à voir avec la manifestation. Face à ces dernièr-e-s, il est évident que les flash-balls, hélicoptères munis de projecteurs, CRS et divers gaz deviennent des moyens pacifiques non-violents ! Pour notre part, nous nous refusons à entrer dans le jeu du pouvoir en perpétuant le "diviser pour mieux régner". Nous nous refusons ainsi à isoler et/ou criminaliser parmi nous des personnes et/ou modes d'expressions. Parmi les trente arrêté-e-s ce soir là, il y eut 17 gardes à vue. Les comparutions immédiates se sont soldées par 200 et 300 euros d'amendes pour deux d'entre elles ainsi que deux mois de prison avec sursis pour une troisième. Une quatrième personne doit encore comparaître les prochaines semaines après avoir été amochée « pacifiquement » par les forces de l'ordre. Face à ces injustices, le Réseau Université Sans Frontière tient à réaffirmer sa solidarité et tout son soutien aux personnes inculpées et sa volonté de construire un front uni contre les politiques d'immigration et de répression actuelles.</p> <p>Au même titre nous réitérons notre soutien à toutes les personnes inculpées ou poursuivies pour leur soutien aux sans-papiers.</p> <p>RUSF</p></div> Semaine du RUSF du 20 au 25 octobre http://www.rusftoulouse.info/spip.php?article44 http://www.rusftoulouse.info/spip.php?article44 2008-10-15T20:50:31Z text/html fr RUSF Rangueil La semaine du RUSF aura lieu du 20 au 25 octobre 2008 sur les trois campus toulousains. Tous les jours, des débats et des projections sont organisés autour des thèmes de l'immigration, des sans papiers, des étudiants étrangers, etc. - <a href="http://www.rusftoulouse.info/spip.php?rubrique1" rel="directory">00. A Toulouse</a> <div class='rss_chapo'><p>La semaine du RUSF aura lieu du 20 au 25 octobre 2008 sur les trois campus toulousains. Tous les jours, des débats et des projections sont organisés autour des thèmes de l'immigration, des sans papiers, des étudiants étrangers, etc.</p></div> Conférence sur l'immigration... à Vichy ! http://www.rusftoulouse.info/spip.php?article42 http://www.rusftoulouse.info/spip.php?article42 2008-09-17T12:57:33Z text/html fr rusf mirail <p>A relayer dans tous les réseaux d'infos alternatifs...</p> <p>Les 3 et 4 novembre, une grande conférence européenne sur l'immigration aura lieu en France. Hortefeux, qui, rappelons-le, est un ancien membre du GUD, a proposé que cette grande réunion de l'Europe sur le "contrôle de l'immigration" se déroule à Vichy !!! Les fachos et racistes n'ont plus peur de rien et sont prêts à aller très loin dans leurs tests sur le degré d'acceptation de la population...</p> <p>Nous, Résistants de tous niveaux qui pratiquons déjà la désobéissance civile, nous ne pouvons laisser passer ça !</p> <p>Discutons entre nous pour préparer rapidement une action de grande envergure. Il suffit que les groupes de Résistants de partout se réunissent dans chaque ville pour en parler, puis se coordonnent. Dans chaque région on peut se déplacer d'une ville à l'autre pour en discuter dans les grandes villes puis que l'on se déplace entre ces grandes villes pour coordonner les groupes militants. Donnons-nous une idée d'action commune, un jour et un lieu de RDV pour passer à l'action décidée.</p> <p>Diffusons l'info, discutons-en, prenons une décision concrète. On ne peut pas laisser passer ça !!!</p> - <a href="http://www.rusftoulouse.info/spip.php?rubrique23" rel="directory">05. En france et ailleurs</a> <div class='rss_texte'><p>A relayer dans tous les réseaux d'infos alternatifs...</p> <p><strong>Les 3 et 4 novembre, une grande conférence européenne sur l'immigration aura lieu en France.</strong> Hortefeux, qui, rappelons-le, est un ancien membre du GUD, a proposé que cette grande réunion de l'Europe sur le "contrôle de l'immigration" se déroule à Vichy !!! Les fachos et racistes n'ont plus peur de rien et sont prêts à aller très loin dans leurs tests sur le degré d'acceptation de la population...</p> <p>Nous, Résistants de tous niveaux qui pratiquons déjà la désobéissance civile, nous ne pouvons laisser passer ça !</p> <p>Discutons entre nous pour préparer rapidement une action de grande envergure. Il suffit que les groupes de Résistants de partout se réunissent dans chaque ville pour en parler, puis se coordonnent. Dans chaque région on peut se déplacer d'une ville à l'autre pour en discuter dans les grandes villes puis que l'on se déplace entre ces grandes villes pour coordonner les groupes militants. Donnons-nous une idée d'action commune, un jour et un lieu de RDV pour passer à l'action décidée.</p> <p>Diffusons l'info, discutons-en, prenons une décision concrète. On ne peut pas laisser passer ça !!!</p></div> Cassons la machine à expulser http://www.rusftoulouse.info/spip.php?article41 http://www.rusftoulouse.info/spip.php?article41 2008-07-20T15:45:14Z text/html fr rusf mirail La flamme de la liberté Le centre de rétention de Vincennes a brûlé le 22 juin suite à la mort d'un retenu. Ce sans-papiers tunisien, cardiaque, avait subi un refus de soin, selon le témoignage de retenus. Après avoir appelé à l'aide, des retenus ont été violemment attaqués par les CRS, qui voulaient leur faire quitter la pièce, alors que ceux-ci voulaient rester auprès de leur compagnon de détention et savoir ce qui s'était passé. Face aux multiples provocations policières, la résistance s'est intensifiée (...) - <a href="http://www.rusftoulouse.info/spip.php?rubrique23" rel="directory">05. En france et ailleurs</a> <div class='rss_texte'><p>La flamme de la liberté</p> <p>Le centre de rétention de Vincennes a brûlé le 22 juin suite à la mort d'un retenu. Ce sans-papiers tunisien, cardiaque, avait subi un refus de soin, selon le témoignage de retenus. Après avoir appelé à l'aide, des retenus ont été violemment attaqués par les CRS, qui voulaient leur faire quitter la pièce, alors que ceux-ci voulaient rester auprès de leur compagnon de détention et savoir ce qui s'était passé. Face aux multiples provocations policières, la résistance s'est intensifiée et le feu a gagné les deux bâtiments du centre. Celui-ci a brûlé intégralement. Des retenus ont profité de l'incendie pour s'évader, de un, selon la version officielle, à cinquante, selon certaines sources. Les autres ont été transférés à Rouen, Lille, Palaiseau, Nîmes et Toulouse.</p> <p>La résistance des sans-papiers incarcéré-e-s</p> <p>Depuis mi-décembre 2007, un mouvement de résistance a vu le jour dans les centres de rétention français. Le mouvement est parti du centre du Mesnil-Amelot et de Vincennes, où les sans-papier-e-s dénoncent leurs conditions de détention (refus de soin, manque d'hygiène, de nourriture), leurs conditions d'arrestation (lors de démarches à la préfecture ou dans un commissariat). Ils réclament leur libération, leur régularisation, la fermeture des centres de rétention, l'arrêt immédiat de toutes les expulsions, etc. Leur mouvement se traduit par le refus de regagner leurs chambres (des cellules qui ne disent pas leur nom), le refus de se soumettre à l'appel, des grèves de la faim, des cahiers de doléances, etc.</p> <p>Les camps de la honte</p> <p>Les centres de rétention ont été mis en place suite à la découverte, en 1975, de la prison clandestine d'Arenc, où des travailleurs immigrés en instance d'expulsion étaient séquestrés par la police. Les seules personnes qui ont accès à ces centres sont les parlementaires et les salarié-e-s de la Cimade. Dans le centre de Vincennes, la nuit du 11 février, un policier éteint le poste de télé collectif, suscitant la colère des retenus. Les CRS débarquent aussitôt et se déchaînent sur les retenus. Un policier tire alors sur eux avec un Taser. Il s'agissait d'un membre de la Brigade anticriminalité (BAC). Que faisait la Bac dans le centre de rétention ? Irait-elle dans les centres de rétention, à l'abri des regards, pour tester son matériel répressif sur une population ignorée, voire méprisée ?</p> <p>Criminalisation des mouvements sociaux</p> <p>Un des porte-parole de l'UMP a déclaré : « Il n'est pas tolérable que des “collectifs” type RESF (Réseau éducation sans frontières), viennent faire des provocations aux abords de ces centres au risque de mettre en danger des étrangers retenus ». Non content de vouloir faire taire les sans-papiers, le gouvernement veut aussi réduire les collectifs de soutien aux sans-papiers au silence. Il semble oublier que c'est lui qui est responsable de cette situation intolérable, par la mise en place de politiques racistes. C'est bien l'État qui, avec l'aide de la police, traque, arrête, enferme et expulse les sans-papier-e-s, les condamnant à une vie de clandestin-e-s, sous peine d'être expulsé-e-s.</p> <p>Liberté de circulation et d'installation</p> <p>Des papiers pour toutes et tous ou pour personne</p> <p>Fermeture des centres de rétention</p></div>